Histoire de Varnak (en chantier)

Aller en bas

Histoire de Varnak (en chantier)

Message par Varnak le Dim 11 Oct - 23:49

Alors, j'ai juste fait un copier coller de l'histoire que j'avais commencé sur mon ancienne guilde (qui ne m'a servi à rien question RP ^^ ), vu que je développe toute une histoire, je pense que vous arriverez bien après :/ Mais j'ai déjà une idée de comment vous allez arriver ^^

Nom : Akyrion
Prénom : Varnak
Appellation : -
Lieu de naissance : Village de Balar
Lieu d'habitation : -
Maître : Awiken (au début, ce sera lui, mais il pourra se faire remplacer par quelqu'un d'ici ^^ )
Apprenti(s) : -
Armes utilisées : Sabre laser à double lame
Activités : - (Activité dans la guilde ? )

Description physique : 1,85 m et 63 kilos, race Zabrak, peau rouge et tatouage sur le visage, ainsi qu'une brûlure (sur le visage aussi). Son habit favori est une bure rouge et blanche
Description morale : Plutôt taciturne, il ne parle que quand il le doit. N'a aucun remords à tuer (mis à part les femmes et les enfants, sauf s'il le doit vraiment), il ne rêve que d'assassiner son ennemi le seigneur Isha


Chapitre 1 : Seigneur Isha
Varnak est né sur la planète Dromund Kaas, dans un petit village proche de Kaas City. D’une famille assez modeste et survivant plutôt difficilement, Varnak a toujours tenu le rôle de protecteur après la mort de son père, historien mort lors d’une expédition sur TatooÏne à cause d’un Homme des Sables. La famille se composait donc de sa mère, Tisha, et d’une petite sœur, de trois ans de moins, Myaluni. Depuis son plus jeune âge, il a toujours voulu intégrer l’académie des siths de Korriban, et priait tout les jours pour qu’on lui découvre un lien avec la force car ses ancêtres en avaient un.
Son idole était un certain Seigneur Isha, un homme réputé pour sa dureté, qui ne tolérait en aucun cas la faiblesse des autres. Lors de sa quinzième année, et lors d’un passage du seigneur sur Dromund Kaas, Varnak l’espionna partout ou il alla. Quand il entendit que Isha devait se débarasser d’un groupe de Mandaloriens qu’on avait repéré, Varnak pensa tout de suite à le devancer, pour que le seigneur puisse voir à quel point il était fort. Il se rendit donc au camp mandalorien, armé d’un couteau et d’un bâton, persuadé que ce dernier ferait autant de dégâts qu’un sabre laser.
Il s’approcha du camp la nuit, ce dernier n’était pas bien grand, une petite dizaine d’hommes, tout au plus. Ils étaient réunis autour d’un feu et faisaient rôtir un chat des vignes. Il s’approcha doucement du petit groupe, mais il eut à peine le temps d’armer son bras pour donner le premier coup de bâton que le mandalorien le plus proche, se retourna et lui saisit le bras.
« Et bien, petit, on est perdu ? », lui lança-t-il.
Varnak tenta bien d’enfoncer le couteau sous le casque, mais son bras fut rapidement bloqué. Le groupe s’esclaffa devant cette tentative.
« Attention, Rasa, le petit à un couteau ! », lança, goguenard, un des hommes.
« Pitié ! Ne me tuez pas, je vous en prie ! », s’esclaffa le dénommé Rasa, celui qui lui tenait le bras.
« Je ne vous ai peut-être pas tué, mais vous serez bientôt morts ! », lança avec force le petit zabrak.
« Je vous avez dit, qu’on se ferait vite repéré », dit un mandalorien. « Merci de nous prévenir, petit. On aura bien le temps de partir avant que les impériaux n’arrivent. »
A entendre les rires, il sut qu’il avait commis une gaffe en disant ça, si les mandaloriens partaient, il ne fallait surtout pas qu’Isha sache pourquoi, il perdrait toute crédibilité au yeux du seigneur si ce dernier l’apprenait. Mais apparemment, les mandaloriens n’en avaient pas fini avec lui.
« Bon, les gars, on s’amuse un peu avec le petit avant le départ ou pas ? »
Tout les hommes acquiescèrent. Le chat de vigne fut enlevé du feu et découpé pour chacun des hommes, et on emmena Varnak juste à côté du feu. Le visage un peu trop près des flammes, le jeune se débattit autant qu’il pu, mais le mandalorien avait une poigne de fer.
« Allons petit, tu as peur des flammes ? », s’enquit Rasa. « Ne t’inquiète pas, tu les verra bien assez près dans peu de temps. »
Un cercle se forma autour du jeune zabrak, et Rasa s’empara d’une pince, qu’il plongea dans le feu pour en extraire un caillou.
« Bâillonez le, ce serait dommage qu’on l’entende beugler à dix kilomètres à la ronde ».
Un bout de tissu fut enfoncé dans sa bouche, et faillit le faire étouffer si on l’enfonçait un peu plus. Il regarda avec peur Rasa regarder le caillou brûlant.
« Aime tu avoir mal, petit ? », demanda-t-il avec un grand sourire au lèvres.
Varnak le regarda avec un air de défi teinté de peur, mais le mandalorien sourit encore plus.
« Ainsi tu pense pouvoir tenir ? »
Tenu fermement par deux mandaloriens, Varnak ne put esquiver la pierre que Rasa lui mit sur le front. Son cri fut étouffé par le bâillon, ses gesticulations arrêtés pas les bras qui le tenait. Il tenta de bouger la tête mais Rasa comprima encore plus la pierre sur son front.
« Alors, petit, aime tu avoir mal ? », redemanda-t-il.
C’est là qu’un éclair sortit de l’obscurité et frappa Rasa. Le mandalorien se trémoussa quelques secondes, puis les éclairs cessèrent et il s’effondra, et la pierre se retira du front de Varnak. Après quelques secondes de flottement, les autres reprirent leurs esprits et se précipitèrent sur leurs armes. Malheureusement pour eux, un sabre laser les intercepta, taillant dans le vif tout ceux qu’il croisait
Les mandaloriens ne furent très vite plus qu’un souvenir. Varnak, tombé au sol, réussi à se mettre sur le dos. La douleur le cuisait, mais quand il vit le seigneur Isha entrer dans son champ de vision, il serra les dents, tentant de rester fort devant son idole.
« C’est donc toi le pauvre alien imbécile qui me suit depuis mon arrivée. » furent ses premiers mots.
L’esprit brouillé par la douleur, Varnak crut ne pas avoir bien entendu.
« Tu n’es qu’une pauvre et misérable larve qui ne vaut même pas la peine d’être sauvée. Tu pense que je ne t’ai jamais vu, à m’espionner ? Tu te crois si discret ? Abandonne tes rêves, tu es bien loin de tout ça. »
Puis il remarqua le bâton, que le jeune avait taillé pour qu’il ressemble plus ou moins à un sabre laser.
« Allons donc, tu veux devenir un sith ? », dit le seigneur en rigolant.
« Mais pauvre abruti ! Tu ne réussiras jamais à approcher l’académie des siths. Ou alors tu n’y entrera que pour faire le ménage ! Les aliens ne sont pas les bienvenus, je te conseille de laisser tomber cet espoir et de retourner cultiver ton potager, tu ne mérite que ça ! »
Devant ces mots, Varnak commença à pleurer, ce qui ne fit que rire Isha.
« Regardez moi ça, ça veut intégrer l’académie et ça pleure à peine on lui parle. Quand je dis que tu n’es pas fait pour ça, c’est que j’ai raison. »
Le seigneur se leva.
« Et ne t’inquiète pas, je ne m’abaissera pas à te ramener, mieux vaut que tu te laisse dévorer par une bête, ça vaut mieux pour toi. »
Et il repartit dans l’obscurité. A ce moment là Varnak laissa éclater ses sanglots, aussi bien de douleur que de colère devant ce qu’Isha lui avait dit. Son idole, l’homme qu’il avait toujours vu comme un héros, le rabaissait à un état plus bas qu’esclave, un simple bon à rien qui devait mieux se laisser mourir pour ne pas être un poids pour la société. L’idole se transforma petit à petit en ennemi juré. Et la colère grandit, jusqu’à dépasser la souffrance que lui occasionnait sa brûlure. Et cette colère lui permit de se lever et de retourner chez lui.

Quand sa mère le vit arriver, chancelant, elle courut le voir. Il tomba dans ses bras, et elle fut horrifié quand elle vit la brûlure au front. Elle l’emmena à l’intérieur, appela Myaluni et elles le soignèrent jusqu’au lever du jour.
Il se réveilla vers midi, très faible. Tisha, qui s’était endormie à côté du lit, se réveilla tout de suite pour voir s’il allait bien. Le voyant, elle se dit qu’il avait très certainement appris lui même de ses erreurs, et que mieux valait ne pas lui faire des remontrances. après deux jours passés à se rétablir, il demanda soudain à sa mère.
« Maman, est il possible que des espèces autres que les siths au sang pur ou les humains puissent accéder à l’académie de Korriban ? »
Il refusait de prononcer le mot « alien » puisque le seigneur Isha l’avait traité comme tel. Tisha posa la cuillère qu’elle tenait pour faire le repas. Elle ne se retourna pas.
« Je ne te poserai pas de questions sûr ce qui s’est passé là bas, il y a deux jours, mais pense tu que ce soit vraiment ton désir d’intégrer cette école ? »
« Tu ne m’as pas répondu, maman. »
« Tu ne m’as pas répondu non plus. »
Un silence pesant s’installa.
« Comme on dit, qui ne dit rien consent. Donc je suppose que oui, c’est ton désir… Sache que, quand ta sœur et moi t’avons soigné, j’ai remarqué quelque chose chez toi qui avais changé. Tu étais…différent. Pas physiquement, mais intérieurement. Je sentais qu’il y avait quelque chose de nouveau en toi. »
Varnak fut étonné d’entendre sa mère parler comme ça.
« Tu veux dire que je serais sensible à la force ? »
Sa mère prit un petit temps avant de répondre.
« Oui, mon fils, tu l’est, et bien plus que moi ou Mya. Moi, je ne puis qu’à peine ressentir la force chez les autres, et même, je puis me tromper. Mais là, chez toi, je le sentais très fort. Tu es fait pour utiliser la force, c’est certain. Mais pense tu qu’à ton age, tu veuille entrer à l’académie ? Tu as encore beaucoup à apprendre sur la vie, tu ne veux pas encore attendre un peu ? »
Au silence qu’il y eut à sa question, elle comprit que non, il ne voulait pas attendre. Varnak commençait à sentir des larmes monter jusqu’à ses yeux. Il s’approcha de Tisha, et quand il vit qu’elle pleurait à chaudes larmes, il craqua et céda la place à ses larmes.
« Mon bébé, par pitié, reste encore avec nous ! » Elle le prit dans ses bras et le serra fort. « S’il te plaît, reste encore, s’il te plaît. »

Ils partirent deux jours plus tard pour Korriban après avoir dit à sa mère qu’il le devait, laissant la petite Myaluni pleurer le départ de son frère chez une amie. Après plusieurs tests, Varnak fut accepté à l’académie. La dernière chose qu’il vit fut sa mère pleurant et lui faisant un signe d’au revoir, un sourire crispé aux lèvres
avatar
Varnak

Messages : 41
Date d'inscription : 10/10/2015
Age : 22

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Histoire de Varnak (en chantier)

Message par Exilus / Entropius le Lun 12 Oct - 9:06

Intéressant :p A développer !
avatar
Exilus / Entropius
Admin

Messages : 297
Date d'inscription : 05/09/2015
Age : 22
Localisation : Seine-et-Marne (77)

Fiche identité
Titre:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Histoire de Varnak (en chantier)

Message par Varnak le Lun 12 Oct - 10:48

Ce soir je vous met le chapitre 2 (j'aurai bien voulu être là mais ma guilde répu organise une course de speeder ^^ )
avatar
Varnak

Messages : 41
Date d'inscription : 10/10/2015
Age : 22

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Histoire de Varnak (en chantier)

Message par Damokhless le Lun 12 Oct - 11:37

Rien que le début, j'aime beaucoup... Un nouveau zabrak pour mon plus grand bonheur (enfin quelqu'un qui a du gout :p) et visiblement un assassin. Bien, bien, bien...
avatar
Damokhless

Messages : 58
Date d'inscription : 10/09/2015
Age : 25

Fiche identité
Titre:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Histoire de Varnak (en chantier)

Message par Varnak le Lun 12 Oct - 13:16

Pour le zabrak, c'était la seule race sympa pour une non abonné ^^
avatar
Varnak

Messages : 41
Date d'inscription : 10/10/2015
Age : 22

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Histoire de Varnak (en chantier)

Message par Damokhless le Mar 13 Oct - 15:55

Tu viens de baisser dans mon estime.... ^^
avatar
Damokhless

Messages : 58
Date d'inscription : 10/09/2015
Age : 25

Fiche identité
Titre:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Histoire de Varnak (en chantier)

Message par Varnak le Mar 13 Oct - 19:34

Ne t'inquiète pas damo, j'en aurai pris un à un moment ou un autre. Voici donc le second chapitre Smile Et j'arrive ce soir Smile (par contre je ferai quasi rien, je sors de sieste ^^ J'ai certainement des fautes ou des petites allusions à mon ancienne guilde, mais je ne suis pas en état de relire ^^

Chapitre 2 : Affrontement à l'académie
Dès son arrivée à l’académie, Varnak fut très mal perçu du fait qu’il soit un « alien ». Ce n’était pas le seul dans son cas, il pouvait voir des Twil’eks, d’autres Zabraks et autres races se faire, elles aussi, rejetées par les humains et siths au sang pur. Malgré le point commun qui était l’exclusion, Varnak ne traînait pas avec les autres « aliens », il se disait que juste se regrouper entre races et ne pas essayer de s’affirmer était une marque de faiblesse, et qu’il y avait peu de chances qu’ils finissent sith un jour.
Un sith au sang pur était particulièrement virulent. Il se nommait Zalion, le fils du seigneur Arkos, et il était entouré d’une petite cour d’humains et d’aliens lui étant soumis. Il s’occupa de chaque alien qu’il pouvait rencontrer, et apparemment, Varnak était le dernier sur la liste. Il ne compta pas le nombre de fois que des élèves disparurent durant les tests à l’extérieur. Durant toute l’année, car Zalion avait voulait apparemment faire durer son plaisir de persécution jusqu’à la fin de l’année, Varnak se prépara mentalement au duel qui aura lieu. Il tenta de se classer parmi les meilleurs de son année, mais même si il battait la plupart des ses « camarades », il était toujours dans le bas du classement, simplement à cause de son appartenance Zabrak.
Il n’y avait qu’un seul professeur qui ne le descendait pas. C’était seigneur Awiken, un Zabrak aussi. Il s’occupait de leur enseigner comment canaliser la force. Mais à chaque fois que Varnak tentait de l’approcher, le professeur s’esquivait ou bien lui disait de le laisser tranquille. Ce fut un Twil’ek qui s’occupait du ménage qui lui dit qu’Awiken ne voulait pas être vu comme un lâche en se rapprochant d’un alien, même si lui était un des rares professeurs aliens, il ne devait pas trop traîner avec eux de peur de se voir diffamer. Il sur alors que ce professeur ne lui servirait à rien, mais le Twil’ek pouvait lui servir. Vu qu’il traînait partout, il pourrait facilement savoir ce que Zalion préparait pour son prochain coup.

L’attaque arriva plus tôt que prévu. Il avait pour mission de récupérer des pierres appartenant à un tombeau sith infesté de limaces Klohr (Klhor, Chlore ? sais plus :/ )Il entendit un léger sifflement et se projeta vivement sur le côté, ce qui lui permit d’esquiver une fléchette de sarbacane.
« Alors c’est comme ça que tu élimine ceux qui ne sont pas comme toi, Zalion ?! En te cachant misérablement derrière un tas de roche et frappant lâchement par derrière, sans même te montrer ! »
Il entendit d’abord un grognement léger, ce devait être une discussion entre Zalion et un autre. Mais il n’arrivait toujours pas à savoir où il était. Deux autres fléchettes fusèrent, venant d’endroits différents de la première. Varnak les para aisément. Zalion avait certainement amené toute sa clique comme s’il était une démonstration de fête foraine.
« Bien », continua t il. »Je vous que vous suivez les traces de votre maîmaître adoré, la bande de lâches qui lui servent de toutous ! Je pensait que les humains et les siths au sang pur étient plus nobles que ça et n’avaient pas peur de se montrer ! Pour vous pavaner dans l’académie de prétendus exploits, là vous êtes forts, mais pour un combat, on se cache dans les jupes à maman, hein ?! »
Il l’avait lancé avec tant de hargne que la réplique ne se fit pas attendre.
« Tais toi, sale alien ! Sous race ! Crève ! »
Il se repéra au son de la voix, clairement distincte, et se précipita derrière un tas de roche. Il vit trois humains, dont un avec une sarbacane, ce dernier venait d’en remettre une dans le tube. Ils eurent à peine le temps de dégainer leur sabre d’entraînement que Varnak les avait déjà taillés en pièces. Bizarrement, tuer ces crétins ne fit aucun effet à Varnak, même pas un petit remords. Il esquiva encore deux fléchettes et entendit un bruit de fuite. Ils étaient tellement lâches…. Il devaient être au moins cinq, il n’aurait pas fait le poids, mais une simple difficulté les mettaient tous en fuite. Il put donc finir tranquillement sa mission, tout en emportant les sabres de ses adversaires vaincus et la sarbacane. Les bêtes peuplant le tombeau auront un festin.
En rapportant les pierres, il passa devant le professeur qui leur enseignait le maniement du sabre. Avec un sourire en voyant le nombre de personnes présentes, il parla haut et fort.
« Excusez moi, seigneur, où dois je ranger ces sabres là ? Ils appartenaient à trois membres de la bande à Zalion. Et cette sarbacane ? Ils ont tenté de me tuer avec mais ont échoués. Et vous devriez prescrire le maniement de la sarbacane à Zalion, il a tenté aussi, caché derrière un petit tas de roche, mais il a minablement échoué. Une petite remise en forme devrait lui faire du bien. »
Le professeur l’avait écouté patiemment, il ne dit rien quand Varnak eut finis, mais il fit un signe à Zalion de le suivre. Ce dernier passa à côté de Varnak avec un regard noir.

La réaction ne se fit pas attendre, Zalion, ou plutôt son père, selon les dires du Twil’ek, exigeait un duel à mort pour laver son honneur. Le professeur lui avait apparemment fait entendre qu’il avait intérêt à faire un duel s’il voulait remonter dans son estime et dans celle des autres professeurs. Sinon des incidents pourraient être fâcheux pour lui.
Varnak se retrouva donc dans une des arènes entourant l’académie. Presque tout les gradins étaient remplis. Tout les professeurs étaient là, ainsi qu’Arkos. Varnak espéra que sa mère ne soit jamais au courant de ça, s’il ne mourrait pas là, elle se chargerait de l’envoyer six pieds sous terre. Zalion se tenait quelques mètres devant lui, il avait l’air un peu affolé et nerveux. Ayant un peu pitié, et espérant une plus grande humiliation, il tenta d’enfoncer le jeune sith.
« Et bien, Zalion, on a peur de se battre ? Il n’y a plus de sarbacane, ni de tas de roche pour se cacher ? »
Des rires fusèrent dans les gradins. Zalion serra plus fort son sabre d’entraînement. Varnak, lui, déambulait calmement devant lui.
« Ça fait quoi de se battre ? Un léger trac ? Une petite peur d’y rester ? En tout cas ceux que tu as éliminé n’ont pas eu le temps de ressentir ça, vu que tu fais tout par derrière. »
Plusieurs spectateurs huèrent Zalion, principalement des aliens. N’en pouvant plus de vois son fils se faire insulter sans rien faire, Arkos se leva.
« Ecoute, espèce de bon à rien de fils, tu va me tuer cet insecte tout de suite ou tu peux dire adieu à tout l’argent que je te donne, et pourquoi pas te déshériter, tiens ! »
Sentant que son père mettrait sa sentence à exécution, il ne put qu’attaquer. Vu son état de nervosité, ses attaques étaient désordonnées, Varnak les paraient aisément. Les coups plurent de plus en plus rapides, tellement à l’aveuglette qu’ils devenaient difficile à parer. Réussissant à se séparer un moment de lui, il regarda rapidement les professeurs. Plusieurs parlaient entre eux en faisant des signes de dénégation. Ils devaient sans doute parler du « style » de combat de Zalion. Ce dernier l’avait vu aussi, et se doutant qu’il devait plus se concentrer, il tenta de se calmer. C’était le moment qu’attendait Varnak, son adversaire avait légèrement baissé son sabre et presque fermé les yeux. Son attaque fut paré de justesse, mais là les rôles étaient inversés, c’était Varnak qui attaquait et Zalion qui se défendait. Mais les coups du Zabrak étaient beaucoup plus précis et forts, et le sith perdit vite le fil. D’abord une petite blessure a l’épaule, puis à la cuisse, puis à la jambe. Varnak réussit après à blesser la main tenant le sabre. Très vite grisé par son succès auprès de la foule qui hurlait de le mettre à mort, il fit une rapide rotation sur lui même et décapita nettement la tête du sith.
Un formidable « Hourra ! » retentit, ce devait être la première fois qu’un alien battait un sith au sang pur. En regardant la tête rouler au loin, son émotion retomba et il retrouva son calme. Il se retourna vers les professeurs, ceux ci hochèrent la tête, saluant sa prestation, et alors que les autres gardaient un visage impassible, Varnak perçut un léger sourire sur le visage d’Awiken.
« VARNAK ! » entendit il soudain crier.
C’était Arkos qui était descendu des tribunes et s’avançait rapidement vers lui, sabre au poing.
« Tu vas bouffer tes tripes, enfoiré d’alien ! Je vais te donner en pâture aux Tuk’ata ! Les shyracks vont te bouffer les yeux ! »
Un éclair fusa juste devant Arkos. Celui ci s’arrêta net.
« Votre fils a perdu, Arkos. » dit un professeur. « S’il n’était bon à rien, vous devriez plutôt être satisfait de le voir disparaître, il n’aurait fait que jeter la honte sur votre famille. »
En entendant ça, Arkos fulmina.
« Vous n’avez aucun droit de dire ça ! C’est vous les bons à rien, à apprendre à des aliens à apprendre à manier le sabre alors qu’ils devraient simplement faire le ménage !
– Il suffit », dit Awiken. »Il ne sert à rien de nous insulter, vous baissez de plus en plus dans l’estime de l’académie. Nous vous prions de bien vouloir sortir immédiatement. »
Sachant qu’il ne ferait pas le poids face aux professeurs, Arkos maugréa une sorte de « maudit prof alien », puis en passant devant Varnak, qui n’avait pas bougé, il lui dit.
« T’inquiète pas, petit, je vais te retrouver et te faire souffrir, compte sur moi. »
avatar
Varnak

Messages : 41
Date d'inscription : 10/10/2015
Age : 22

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Histoire de Varnak (en chantier)

Message par Varnak le Mer 14 Oct - 0:12

Petite question, je pense vous intégrer à mon histoire par le biais du seigneur Awiken, ce dernier, (attention spoil ! ^^ ) alors qu'il allait mourir, dit à Varnak de contacter l'Iris Noir s'il veut obtenir des informations sur là ou se cache Isha, c'est possible ?
avatar
Varnak

Messages : 41
Date d'inscription : 10/10/2015
Age : 22

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Histoire de Varnak (en chantier)

Message par Varnak le Jeu 15 Oct - 16:53

Chapitre 3 : La revanche d'un père

La mort du fils d’Arkos s’était répandue comme une traînée de poudre, tout le monde ne parlait que de ça. Varnak se doutait bien qu’une réaction d’Arkos allait avoir lieu bientôt, mais quelle forme prendrait-elle ?
Ce fut, là aussi, lors d’une mission en solo, qu’il revit Arkos. Il l’attendait à l’entrée du tombeau dans lequel il devait aller.
« Enfin ! On va dire que tu n’es pas très rapide. »
Varnak ne releva pas le sarcasme.
« Puis-je entrer ? Ou vous comptez me tenir la jambe pendant longtemps ? »
Un grand sourire s’afficha sur le visage du seigneur sith.
« Haha, monsieur ose parler de cette manière à un supérieur ? Monsieur le petit zabrak prend ses aises juste parce qu’il a tué mon fils ? »
Sa voix devenait de plus en plus agressive, et le ton monta rapidement.
« Bien que ce ne soit pas le meilleur bretteur, c’était mon fils, et ça, tu n’avais pas le droit de me le prendre comme ça ?! » cria t il.
Arkos dégaina rapidement son sabre à double lame et se rua sur Varnak. Ce dernier eut à peine le temps de se jeter sur le côté pour éviter la frappe et dégainer à son tour. Le combat fut brutal. Contrairement à Zalion, même sous le coup d’une émotion, Arkos n’attaquait pas n’importe comment. Tout ses coups n’étaient déviés qu’à la dernière seconde et fusaient de toutes parts.
Alors qu’il se penchait pour éviter un éclair, le pied d’Arkos lui arriva brutalement dans la mâchoire. Varnak fit un vol plané et atterrit brutalement sur une pierre. Le souffle coupé, il regarda Arkos s’approcher lentement de lui.
« Alors, misérable petite vermine, tu ne pensais tout de m^me pas que tu allais me battre ? »
Arkos éloigna le sabre d’entraînement de la main de Varnak et mit le sien devant la gorge du zabrak.
« Je devrai te décapiter comme tu as fait à mon fils. Mais ce serait trop court et pas assez cruel pour toi ! Du coup, j’ai pensé au feu. Rien de mieux qu’un petit peu de chaleur, non ? »
En entendant le mot « feu », le souvenir des Mandaloriens se réveilla. Arkos le ligota et l’approcha d’un tas de bois.
« Mmmh, par quelle partie vais-je commencer ? La tête ou les pieds ?
– Faites vous plaisir, je vous fais confiance.
– Tu crois que ton ironie va te sauver, petit merde de Banta ? Au contraire, ça me donne encore plus l’envie de te faire souffrir. »
Arkos alluma le feu et s’approcha de VArnak. Ce dernier regarda fixement les flammes et tout les souvenirs de la nuit ou Isha l’avait abandonné à son triste sort revinrent. La douleur, la peur, le désarroi, l’humiliation, tout ces sentiments rejaillirent en un instant. Varnak rua quand Arkos l’attrapa par les pieds.
« Et bien, on dirait que le petit à peur, non ? Qu’est ce que ça fait, de ressentir ce que mon fils a ressenti quand il s’est battu contre toi, hein ? La peur se lisait dans ses yeux, il savait qu’il allait se faire battre ! Tu vois ce qu’il a ressenti ! »
Varnak se débattit autant qu’il put pour échapper au sith, mais ce dernier le tenait fermement. Il tenta de crier, mais Arkos le frappa si violemment qu’il perdit en partie conscience.
« Voilà, tiens toi plus tranquille. Tu verras, tu ne souffrira pas. » dit Arkos, un sourire carnassier sur les lèvres.
Les premières flammes léchèrent les pieds de Varnak. La douleur le réveilla brutalement et il tenta de se tordre dans tout les sens pour échapper à Arkos, qu’il s’était assis sur ses jambes. Le tissu de ses bottes commencèrent à chauffer, puis des flammes apparurent dessus.
« C’est pas trop chaud, j’espère ? » demanda Arkos.
Mais Varnak ne l’entendait plus, il ne pensais qu’aux flammes qui commençait à lui dévorer les pieds. La peur le prit, décuplée par le rire du sith et de ses souvenirs. Son coeur s’affolait, il n’était plus maître de ses émotions, il gesticulait comme un beau diable, mais sentait toujours la douleur chaude à ses pieds. La peur et la douleur atteignirent leur paroxysme, déclenchant une onde de force sortant du corps de Varnak. Arkos fit un bond d’au moins un mètre de haut. Varnak, sentant le poids se libérer sur ses jambes, roula hors de portée du feu pour éteindre les flammes sur ses vêtements. Arkos retomba brutalement, le bras dans le feu. Ce dernier prit immédiatement sur le tissu. Sentant son bras brûler, Arkos se releva rapidement et tapa sur son bras pour essayer d’éteindre les flammes. Mais le feu prenait trop rapidement, et la panique ne lui faisia tpas penser à éteindre le feu par un autre moyen que ses mains, d’autant plus que le tissu de l’autre manche prit aussi feu. Effrayé, il cria tandis que le feu prenait sur tout le corps. Varnak rampa jusque derrière une pierre au cas où si Arkos s’approchait de lui.

Les cris durèrent au moins trente minutes. Trente longues minutes où Varnak dût supporter les cris de plus en plus déformés sortant de la bouche en feu d’Arkos. Il réussit pendant ce temps là à défaire ses liens, mais n’osa pas sortir de derrière sa pierre tant que les bruits n’avaient pas cessés. Il regarda l’état de ses pieds, mais il devrait normalement réussir à marcher s’il enlevait ses bottes, la peau n’avait pas été trop touchée. Néanmoins, il allait mettre plus de temps à rentrer.
Il attendit encore cinq minutes après que les cris se furent tus pour aller récupérer ses affaires. Alors qu’il prenait son sabre d’entraînement, il vit celui d’Arkos. L’envie de le prendre était irrépressible. Il n’aurait qu’à dire que c’était un tribut que lui devait le vaincu, comme ça se faisait dans de nombreux duels.
Sa mission finie, il rentra bon dernier. Le trajet avait été plus dure que prévu, du tissu s’était incrusté dans la peau boursouflée. Il avait réussi à enlever ses bottes, mais souffrait le martyre à chaque pas. Personne ne lui posa de questions quant à l’état de ses pieds, tout le monde pensant que sa mission ne s’était pas bien déroulée. Il ne parla du sabre laser à personne et le cacha sous son matelas. On le conduisit à l’infirmerie et on lui préconisa de ne plus bouger pendant un moment. Ça lui ferait sauter des cours, mais il n’avait pas le choix.

Le lendemain, il se rendit devant le panneau d’affichage avec les résultats. On lui avait donné des chaussures qui lui permettait de ne pas ressentir les effets des brûlures. Il s’étonna de se voir premier de la liste. Il vit Awiken, qui lui fit signe d’approcher.
« Je t’ai suivi, hier. » dit-il. »Je me doutais d’une réaction d’Arkos, et je me demandais comment tu allais réagir. Je t’ai donc enregistré ta façon de te battre et d'utiliser la force contre un sith de l'envergure d'Arkos. J’ai tout rapporté au jury, qui à été impressionné. Tu as donc eu le maximum de points. »
Awiken avait le sourire, mais Varnak pensait à autre chose.
« Vous étiez là, mais vous n’êtes pas venu m’aider ?
– Je n’avais pas à le faire, tu étais en mission et les professeurs n’ont pas à interférer dedans, quel que soit le danger qui menace l’élève.
– Je vous pensais meilleur que ça… » dit Varnak, dépité.
Mais Awiken, loin de se vexer, lui afficha un sourire.
« Je ne serai pas tout le temps là pour t’aider, il faut que tu apprennes pas toi même comment sauver sa peau. »
Varnak ne répondit rien, Awiken avait raison, mais il ne pouvait s’empêcher de ressenti un sentiment de déception à l’égard du professeur.
« Trêves de compliments ! » reprit le professeur. »Tu t’es fait beaucoup d’ennemis en tuant Arkos, tu sais ? Il a des relations puissantes, qui voudront sans doute le venger. Tu vas devoir te tenir prêt à tout instant, car là, il me sera difficile de te venir en aide. Il voudront certainement te tuer avant que tu ne quitte l’école, tuer un élève est moins important que de tuer un sith. Tu dois donc tenir trois mois avant que de pouvoir souffler un minimum. »
Awiken avait raison, il ne lui restait que trois mois à tenir, ne jamais cesser d’être sur ses gardes durant cette période n’allait pas être de tout repos.
avatar
Varnak

Messages : 41
Date d'inscription : 10/10/2015
Age : 22

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Histoire de Varnak (en chantier)

Message par Varnak le Sam 17 Oct - 17:04

Chapitre 4 : L'épreuve finale

Aucun autre élève de l'école ne fut au courant du combat entre Arkos et Varnak, ce qui était mieux comme ça car les aliens, qui se faisaient de plus en plus rares au fil du temps, l'aurait encore plus aduler qu'avec sa victoire contre Zalion. En repensant à ce dernier, il eut quelques remords. Son père n'avait pas hésité à l'envoyer à une mort certaine pour laver l'honneur de sa famille, puis son subconscient avait rejeté la faute sur Varnak. Et maintenant, il devait être encore plus sur ses gardes, des assassins appartenant à des « associés » d'Arkos rôdaient peut être autour de l'école. Même s'il y avait peu de chances qu'ils tentent de le tuer à l'intérieur, les missions à l'extérieur se faisaient plus fréquentes en vue de l'épreuve finale, c'est là qu'il devait être le plus vigilant. Il croisait quelques fois Awiken, celui ci savait ce qui tracassait Varnak et à chaque rencontre, il lui disait s'il avait remarqué quelque chose d'anormal.

Toute l'année se passa dans cet esprit d'anxiété. Varnak avait même demandé au Twi'lek, qui n'avait aucun nom, de le suivre discrètement lors de ses sorties et de le prévenir s'il voyait quelqu'un de suspect. Mais personne ne venait... Il se demanda si ce qu'on disait sur Arkos était fondé, ou alors ses « associés » l'avaient laissé tomber dans l'oubli. En tout cas, il n'eut aucune menace à déjouer jusqu'à l'épreuve finale.

A la fin de l'année, ils n'étaient plus que dix, ce qui était rare. D'habitude, il n'en restait qu'aux alentours de cinq. Cette épreuve consistait encore une fois à trouver une relique, mais dans un tombeau de seigneur sith oublié depuis des années et que personne n'avait exploré depuis longtemps. Il n'y avait que deux reliques pouvant être rapportées, et ils étaient dix, seulement deux serait donc nommés apprentis, les autres, s'il ne mourraient pas, devraient patienter pour l'année suivante, bien que ce ne soit pas conseillé. Dans ces participants, il y avait cinq humains, trois siths au sang pur, une mirialan et lui. Le seigneur Barik leur montra une carte de l'endroit et leur assigna à chacun un endroit où commencer. Varnak sortit le dernier, mémorisant tout les points de départ des autres et essayant d'évaluer le temps qu'il leur faudrait pour arriver jusqu'au tombeau. Ce dernier avait cinq entrées, chacune se situant environ au milieu de deux positions d'élèves, ce qui ferai qu'il y aurai au moins un affrontement à l'entrée, tout dépendait de la vitesse de course des participants. Au lieu de se précipiter au tombeau et de risquer de devoir se battre contre plusieurs adversaires en même temps, il serait plus simple d'éliminer un par un le plus d'adversaires possibles avant qu'ils n'arrivent au tombeau, et s'il avait le temps, d'essayer d'avoir une des reliques, sinon, il se positionnerait sur la route allant vers l'académie et la relique viendrait à lui.

Le point de départ de Varnak était en terrain dégagé, exactement ce qu'il voulait, ça lui permettrai d'aller plus vite pour éliminer le premier participant. Selon la carte, s'il allait à droite, il tomberait sur une humain, et s'il allait à gauche, ce serait la mirialan. Il opta pour la droite, autant laisser une chance à un autre alien, d'autant plus que cette fille avait toujours été bien classé, elle serait donc un adversaire qui le retarderait à éliminer les autres si l'effet de surprise ratait. Il se dirigea donc en diagonale vers le trajet que devait normalement effectuer l'humain, à première vu, il n'était pas très futé, il devrait donc essayer d'atteindre une relique le plus vite possible. De plus, c'était celui qui avait plus de mal à utiliser la force, il serait donc simple à éliminer.
Varnak arriva rapidement près d'une des entrées du tombeau, heureusement, celui ci était entouré par des tas de pierres, ce qui le cachait d'un éventuel arrivant. Il n'y avait aucune empreinte de pas, l'humain ne devait donc pas être encore passé. Il grimpa aisément au dessus de l'entrée et se cacha derrière un rocher. Pour plus de protection, il se fit un bouclier de force pour se rendre invisible. L'humain arriva à peine une minute après plus tard, il n'avait même pas dégainé son sabre, signe de son intelligence plus que douteuse. Au moment où il passa sous le porche, Varnak se laissa tomber sur lui. Le choc fit tomber à genoux l'humain, et il n'eut même pas le temps de se retourner que Varnak lui planta son sabre dans la nuque. Son adversaire de l'entrée éliminé, il entra dans le tombeau. Il avait mis moins de temps qu'il ne le pensait pour battre l'élève, il avait donc une chance d'arriver à une des reliques avant qu'un autre élève ne la prenne. Il parcourut quelques couloirs avant d'entendre un bruit de combat. Il se dirigea silencieusement vers le bruit, et y découvrit un sith au sang pur et un humain se battre. Le sith au sang pur avait une large carrure, bâti pour le combat en première ligne et la destruction, l'humain, de corpulence normal, ne faisait guère le poids et sa défense se détériorait rapidement. Voyant que le combat serait vite fini et que le sith n'avait même pas l'air fatigué, il préféra se rediriger vers les reliques. Il tomba en chemin sur le cadavre d'un des siths au sang pur. Il ne restait donc pour l'instant que sept participants.
Il arriva ensuite à l'une des salles contenant une relique. Il se rendit invisible et avança silencieusement longeant le mur de la pièce. Au vu du cadavre qu'il avait rencontré, il y avait des chances que quelqu'un soit déjà passé ici, mais vu que la relique était toujours là, où était-il ? Il attendit quelques instants avant qu'un des humains ne fasse son apparition. Il sortait apparemment d'un combat au vu des blessures qu'il avait et de sa démarche. Il avança précautionneusement vers la relique, craignant certainement un piège. Mais il ne vit pas la mirialan se glisser silencieusement derrière lui, le sabre à la main. A peine l'humain avait il touché la relique, une tablette avec des écritures en sith ancien, que la mirialan lui donna un coup de sabre entre les omoplates. L'humain ne poussa pas un cri, s'effondrant silencieusement. La femme prit la relique, et au lieu de s'en aller, remonta dans sa cachette. Varnak pensa qu'elle l'avait senti au regard soucieux qu'elle lança alors qu'elle remontait.
« C'est une fille intelligente » pensa Varnak. « Tout le monde pensera que quelqu'un était déjà en route vers l'académie avec la relique, et tenterait peut être de le rattraper, si la deuxième relique n'était pas déjà patrie elle aussi. »
Il hésitait à lui laisser. Il ne savait pas si la deuxième relique était déjà en route vers l'académie ou si des combats se déroulaient encore pour l'avoir. Vu que le sith qu'il avait vu se battre en route n'était pas là, il avait dû aller vers la seconde relique, il était donc plutôt dangereux d'y aller, vu que la mirialan l'avait senti, le sith le sentirait peut être aussi, et l'effet de surprise tomberait, et un rude combat s'engagerait. Mieux valait donc essayer d'avoir celle que la mirialan avait pris.
Il sentit soudain une présence invisible se déplacer. La mirialan l'avait apparemment imité et s'était rendue invisible. Il concentra ses sens pour essayer de la localiser, et il remarqua qu'elle se dirigeait vers lui. Il ne se déplaça pas mais sortit délicatement son sabre. La fille s'arrêta à quelques mètres de lui. Il y eut un petit silence avant que Varnak ne prenne la parole tout en restant invisible.
« Belle idée, d'attendre les participants dans la salle de la relique. Cet idiot n'a rien vu venir.
- Merci » répondit-elle, restant invisible elle aussi. « Tu es le zabrak, n'est ce pas ? Ça te dirait, une alliance entre « aliens » pour réussir tout les deux l'épreuve ? »
Varnak fut surpris de la proposition. Une alliance dans ce contexte était étrange, elle tenterait certainement de le poignarder dans le dos. Il allait prendre la parole quand le sith qu'il avait vu se battre entra dans la pièce. Il avait réussi à prendre la deuxième relique, et après plusieurs combats vu le nombre de blessures qui s'était ajoutée à son armure. Ils le virent se retourner, puis s'immobiliser et tourner la tête dans leur direction.
« Hé bien, les deux, on se cache ! » lança-t-il. « Si vous attendez alors qu'il n'y a plus la relique, j'en déduis qu'elle est encore ici. Et puis, ce serait bien que je sois le seul survivant de cette épreuve, je vais donc vous écharper ! »
Il laissa tomber la relique pour dégainer son sabre et se ruer vers eux. Varnak enleva son camouflage de force, requérant trop de concentration pour mener un combat avec alluma son sabre. Il lança d'abord un éclair dans la direction de son adversaire, mais celui ci, sans cesser de courir, le bloqua avec son sabre. Arrivé assez près, le sith au sang pur fit une déflagration de force qui projeta Varnak contre le mur. Sonné, il crut que son heure allait sonné quand il vit le sith faire un saut de force vers la relique qu'il avait laissé tomber. La mirialan avait tenté de la prendre, et comptait très certainement laisser Varnak affronter seul le sith, l'alliance était belle et bien une illusion. Elle eut à peine le temps de dégainer son sabre pour parer avant que le sith ne la coupe en deux. Varnak se releva tandis que la fille se plaçait hors d'atteinte de son adversaire.
« Vous m'affronterez donc à deux. » dit le sith au sang pur. « Bien, ce sera plus intéressant que ce que j'ai eu à faire comme combat jusque là. »
Varnak regarda la mirialan, et d'un signe de tête, ils attaquèrent tout les deux. Le sith se précipita d'abord vers Varnak. Ce dernier tenta une attaque d'estoc, rapidement parée, puis para à son tour une attaque du sith. Son alliée arriva à ce moment là et le sith dut se battre des deux côtés à la fois. Mais malgré ça, aucun des deux ne parvint à le vaincre. Il arrivait à esquiver et parer deux sabres lasers avec pas mal d'aisance. Varnak tenta de lancer un éclair, mais le sith se courba et ce fut la mirialan qui prit. Cette dernière fut secouée de soubresauts tout en tombant à genoux. Voyant qu'un de ses adversaires était immobilisé, le sith put se concentrer sur Varnak. Ce fut ensuite une succession d'assaut venant d'abord du sith, puis de Varnak. Parer, frapper, parer, frapper... Le sith réussit à faire tomber Varnak, puis il se retourna et lança son sabre laser. La mirialan s'était remise du choc de l'éclair et s'était encore une fois dirigée vers la relique. Elle avait réussi à la prendre mais de la main qui tenait normalement son sabre. Par réflexe, elle leva la main comme pour parer et le sabre vint frapper la relique. Le sabre revint dans la main de son adversaire et la relique se brisa en deux. Il y eut un petit instant de flottement avant que le sith ne prenne la parole.
« Quel dommage, il n'y a plus qu'un seule relique maintenant. »
La mirialan se remit en position d'attaque et attendit le sith. Le combat s'engagea entre les deux tandis que Varnak se remit sur pieds. La mirialan était rapide et agile, mais la garde du sith était sans faille, aucun n'arrivait à blesser l'autre. Il se joignit encore une fois à la bataille et le même schéma reprit.

Au bout d'un moment, chacun s'éloigna des autres, fatigué. Tout le monde avait reçu des petites blessures, même le sith. Varnak était essoufflé, il n'avait jamais fait de combats aussi long et les petites blessures le gênait. Il en était apparemment de même avec les deux autres.
« Vous êtes des adversaires honorables » dit le sith en reprenant son souffle. « Je pourrai peut-être vous laisser en vie.
- Mais seul deux peuvent être admis » dit la mirialan.
Varnak regarda la relique cassée en deux.
« Si une relique est cassée en deux, elle peut compter pour deux reliques séparées, non ? »
Les deux autres le regardèrent, puis regardèrent la relique.
« Tu ne crois tout de même pas que les seigneurs vont accepter ça ? » lui demanda son alliée.
« Ce serait marrant » dit le sith. « Je n'ai jamais put supporté Barik, je me demande quelle tête il ferait en voyant ça. »
Tout le monde se tût, réfléchissant à la proposition. Après un petit silence, la mirialan prit la parole.
« Je suis d'accord de tenter le coup si je prends l'autre relique.
- Madame veut être sûre de réussir, hein ? » lui lança le sith au sang pur.
« Je suis d'accord » dit Varnak. « C'est moi qui ai lancé l'idée, donc je prends un des morceaux. Quand à toi, ça as l'air de te faire rire, donc tu prends l'autre. »
Le sith au sang pur sourit.
« Le « toi » s'appelle Ashar.
- Bien, moi c'est Varnak. Et toi ?
- Hereta » répondit la mirialan.
- D'accord. Donc chacun prend ce qu'il doit prendre et on prendra chacun une sortie différente, histoire de ne pas avoir une mauvaise surprise. » dit Varnak.
Ce fut Ashar qui partit en premier. Il secoua la tête en murmurant qu'un sith au sang pur ne s'était jamais associé à des aliens, mais que c'était vraiment pour voir la réaction des professeurs qu'il faisait ça. Varnak partit en second tandis qu'Hereta montait pour aller chercher l'autre relique.

Le voyage de retour se fit sans encombres. Il ne croisa pas Ashar, qui aurait pu avoir l'envie de quand même avoir une relique entière, mais il n'en avait rien fait. Il arriva à l'académie et se rendit dans la salle ou ils devaient déposer les reliques. Ashar s'y trouvait en compagnie du seigneur Barik, ce dernier n'avait pas l'air content, mais Ashar avait le sourire.
« Voilà, l'autre morceau de votre relique » lança-t-il d'un air goguenard en voyant Varnak entrer.
« Et l'autre relique, ou est-elle ?
- Elle devrait bientôt arriver » dit Varnak.
En effet, Hereta arriva deux minutes plus tard avec l'autre relique. Elle la posa sur le bureau à côté des deux morceaux.
« Il avait été clairement dit qu'il ne pouvait y avoir que deux gagnants, mais si je sais encore bien compter, il y en a un en trop. » dit Barik. « Ashar et Varnak, vous avez peut être essayer de me tromper, mais je ne l'entends pas de cette oreille, vous allez faire un combat à mort pour départager le vainqueur. Et tout de suite ! »
Ashar et Varnak se regardèrent. Ils n'avaient ni l'un ni l'autre envie de se battre. Mais c'est alors que vint Awiken.
« Allons, si chacun à ramener une relique, même si ce n'est qu'un morceau, ça veut dire qu'ils ont réussis l'épreuve.
- Mais seigneur Awiken, la règle était qu'il ne reste que deux élèves !
- Et exceptionnellement il y en aura trois. Nous manquons de puissance, et au vu des dégâts sur leurs armure, on peut dire qu'ils pourront être utiles à l'Empire. »
Barik se tût, préférant ne pas contredire un seigneur.
« Je vais voir quel maître je peux vous trouver » dit Awiken au deux autres. « Tandis que toi, Varnak, tu seras mon apprenti. »
Varnak réussit à contenir un sourire tandis que Barik commença à fulminer.
« Vous ne pouvez prendre ce élève seulement parce qu'il est de la même race que vous !
- Et pourquoi pas ? Je suis un seigneur sith, je n'ai pas d'ordre à recevoir d'un subalterne ! »
Barik se tût encore une fois, mais l'indignation se lisait sur son visage.
« Suivez moi. » reprit le seigneur sith. « Je vais vous présenter à vos potentiels maîtres. »
avatar
Varnak

Messages : 41
Date d'inscription : 10/10/2015
Age : 22

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Histoire de Varnak (en chantier)

Message par Exilus / Entropius le Sam 17 Oct - 21:00

Intéressant Smile
avatar
Exilus / Entropius
Admin

Messages : 297
Date d'inscription : 05/09/2015
Age : 22
Localisation : Seine-et-Marne (77)

Fiche identité
Titre:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Histoire de Varnak (en chantier)

Message par Varnak le Sam 17 Oct - 21:14

Merci bien ^^
avatar
Varnak

Messages : 41
Date d'inscription : 10/10/2015
Age : 22

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Histoire de Varnak (en chantier)

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum